La fin du monde, une rétrospective
                                                                            

C’est la mégateuf

On peut se réjouir, mais il y a quand même 34,5% d’ordures qui n’en ont rien à foutre ou même qui sont ravis que l’on puisse se faire égorger, mes amis, ma famille et moi — et plus généralement des êtres humains qu’ils ne connaissent pas.
Quant aux autres salopards qui de toute évidence ne seraient même pas prêts à lever le petit doigt pour éviter cela, ayez au moins la décence d’assumer le camp que vous avez choisi: celui des gens qui prennent des risques politiques au prix de vies humaines, qui prennent leurs pulsions de mort pour de séduisants vertiges pseudo-révolutionnaires. Des vertiges confortables, vos vies à vous ne sont probablement pas en première ligne. J’attends de voir ce que va devenir votre supériorité éthique et politique dans les cinq années à venir pour, peut-être, le dernier sursaut dans le vide avant le fascisme.