La fin du monde, une rétrospective
                                                                            

C’est qui le plus mignon?…

A sa grande surprise, l’Europe sous le choc vient d’apprendre qu’il y avait des pauvres qui mouraient et que c’était pas juste. Mais il me semble qu’on le savait déjà.

Presse européeenne

Non, ce que nous apprend vraiment cette photo, ce sont trois choses qui découlent les unes des autres:

  1. Quand vous quittez l’école primaire, vous êtes rayé(e) de la love list de l’humanité. Si votre enfant fait sa rentrée au collège, je pense qu’il serait bon de le lui dire: fais gaffe à pas te noyer dans la piscine en cours de sport, désormais tout le monde — littéralement — s’en fout. Et si les parents ne le font pas, dans les programmes des collèges, il faudrait ajouter une matière « Chacun pour sa gueule et les réseaux sociaux pour tous », ça leur serait plus utile que l’Enseignement moral et civique.
  2. Les gens ne semblent pas être au courant que les enfants, aussi incroyable que cela puisse paraître, sont de futurs adultes. Ou alors ça veut dire qu’à chaque fois, alors qu’on avait mis plein d’espoirs dingues dans des enfants divers, on est super déçus quand ils grandissent. Auquel cas, je ne sais pas, faisons comme avec les restos: quand c’est dégueulasse deux fois, on arrête d’y aller. La majorité des gens estiment que la plupart des gens sont des cons, et les gens ont tous (sans exception, c’est scientifiquement prouvé) été des enfants. Il va falloir un jour en tirer la conclusion tragique qui s’impose.
  3. En Angleterre a été fondée il y a quelques années, parce que tout le monde — littéralement — s’en fout, une société de protection pour les espèces en voie de disparition moches. Tout le monde n’a pas la chance d’être un bébé phoque. Ou un bébé syrien mignon. Il va peut-être falloir créer une ligue des droits de l’homme pauvre et moche, genre ouvrier syrien mal fringué qui pue un peu, avec de la moustache.

Ma deuxième hypothèse, si la première ne satisfait pas, est que le niveau de compassion est fonction du poids, comme illustré par le graphique ci-dessous.

vie humaine au kilo

Cliquez pour agrandir l’image