La fin du monde, une rétrospective
                                                                            

Conchita, ou la menotte invisible du marché

De temps en temps il se passe un truc, qui confirme toute ce que vous pensez (et dont vous n’arrivez pas toujours à convaincre les autres) de la vie, de l’univers, de la psychologie du genre humain et des banquiers d’investissement.

Pour moi, c’est aujourd’hui. Un membre éminent de la banque centrale hollandaise De Nederlandsche Bank (DNB), à la direction des placements financiers, vient d’être renvoyé après qu’on ait découvert qu’elle avait un deuxième travail en soirée: pute de luxe spécialisée — en dominatrice nazie.

Que tout le monde se rassure, sa deuxième activité lui rapporte environ 10 000$ par semaine. Je ne sais pas à combien est la passe, mais cela semble dire que ça intéresse un bon paquet de gens sans problèmes de fins de mois.

Ce que j’aime aussi, chez « Conchita van der Waal », c’est qu’elle semble se définir indifféremment comme « nymphomane de standing » ou « dominatrice nazie ». De là à y voir une équivalence dans la psyché de la finance, ce serait évidemment abusif.

nazdaq

Vous voulez évidemment en savoir plus. C’est là:

http://www.independent.co.uk/news/world/europe/woman-sacked-by-dutch-central-bank-over-second-job-as-nazi-dominatrix-prostitute-10179177.html

1 commentaire