La fin du monde, une rétrospective
                                                                            

Goscinny, l’anti-procrastinateur

Curieusement, je fais un film sur l’ultime anti-procrastinateur.

« La semaine de René Goscinny c’est ça : il arrive à Pilote le lundi matin, il gère le journal, et quand il rentre le soir chez lui il écrit des articles – pour Pariscope, L’Os à moelle, Paris Match, il fait son métier d’éditeur et de journaliste. Et ce, jusqu’au vendredi matin. Vendredi matin il quitte le journal, et du pont de Neuilly jusqu’aux Champs-Elysées il fait une petite balade à pied. Et aux Champs-Elysées, il se fait une toile, et quand il a fini de voir son film il déjeune. Et à partir du vendredi après-midi jusqu’au dimanche, il fait ses scénarios de BD. Il faut imaginer qu’en fait, il a écrit Astérix, Lucky Luke et Iznogoud dans ses heures de loisirs. »

Didier Pasamonik, spécialiste de la bande dessinée

Photo Editions Dargaud