La fin du monde, une rétrospective
                                                                            

Kurtzman à propos de Goscinny

Préface d’Harvey Kurtzman, le fondateur de « Mad Magazine », pour un numéro des « Cahiers de la Bande Dessinée » consacré à Goscinny en 1973.

C’est moi, et moi seul, qui suis la cause du succès de René Goscinny dans le monde. Lui et moi travaillions ensemble à New York, nous partagions un atelier et nous étions engagés dans une série de projets. Mon influence sur lui fût si forte que tout ce que nous entreprîmes tourna au désastre, et il n’eut ensuite d’autre recours que de tenter sa chance ailleurs. Plus tard, quand René m’envoya de ses nouvelles de Paris, il m’apprit qu’il travaillait à un truc farfelu du nom d’Astérix, sujet auquel, sans la moindre hésitation, je n’accordai aucune importance, sachant très bien que René ne pouvait rien faire sans moi.