La fin du monde, une rétrospective
                                                                            

Le quiz de l’été: êtes-vous un graphiste?

C’est de toute évidence la question que vous vous posez tous, surtout depuis l’article de « Wired » sur Alphabet (voir posts précédents). Mais pas seulement. Ça fait rêver, c’est cool, c’est vachement intelligent, et puis vous adorez jouer avec les filtres Photoshop. Mais avez-vous vraiment la trempe d’un(e) graphiste? Faites le test.

 


Vous voyez le logo de Alphabet pour la première fois. Vous vous dites:

  1. Tiens, un pas de plus vers la concentration monopolistique de la technologie, la domination du monde et la surveillance des citoyens.
  2. Tiens, une goutte d’eau dans le a, c’est rigolo. Je me demande s’ils vont jouer avec, dans leur communication.

Vous voyez la croix gammée nazie pour la première fois. Vous vous dites:

  1. Il est temps de quitter la Pologne.
  2. Je me demande si ça peut se décliner dans d’autres Pantone, pour Noël par exemple.

Vous voyez la nouvelle affiche d’un lieu culturel parisien hype. Vous vous dites:

  1. Euh… Ça veut dire quoi?… Il me semblait pourtant qu’avoir du sens c’était beau.
  2. C’est superbe. C’est d’autant plus beau que ça ne veut rien dire. C’est un point de vue esthétique super radical, cet artiste est ré-vo-lu-tion-naire. C’est très politique. Wow.

On vous demande de faire un dessin.

  1. Vous vous exécutez.
  2. Vous ne savez pas dessiner.

On vous demande de vous définir.

  1. Vous ne savez pas trop.
  2. Vous insistez immédiatement sur le fait que vous êtes un Artiste. Avec un grand A, ou rouge avec une goutte d’eau dedans.

On vous demande de synthétiser sous forme de graphique les concepts qui composent la philosophie d’une marque.

  1. Vous demandez à ce que l’on vous redéfinisse les termes « concept » et « philosophie » pour tenter de comprendre la demande sans rire.
  2. Vous vous posez immédiatement le problème de la dynamique et vous vous demandez si vous utiliserez des flèches ou des triangles.

Vous vous faites des cartes de visite.

  1. Il y a une pub au dos.
  2. C’est très design mais, malheureusement, on n’arrive pas à lire votre numéro.

Quand vous avez vu « Je suis Charlie », votre première réaction a été:

  1. Je ne sais pas si je suis Charlie.
  2. La typo de « je suis », ça ne va pas du tout.

Vous faites la mise en page du texte d’un auteur à la prose ciselée.

  1. Vous tassez un peu pour que ça rentre. C’est pas super beau, mais bon.
  2. Vous enlevez des mots parce que c’est plus joli. Et vous en mettez d’autres en énorme pour une raison pas très claire.

Vous faites l’affiche de la fête de l’école de vos enfants.

  1. Vous écrivez tout en Comic Sans avec des lettres de toutes les couleurs. C’est ignoble, les mamans adorent.
  2. Vous écrivez tout en Helvetica Neue UltraLight en majuscules blanches sur fond noir. 200 hipsters s’incrustent à la fête de l’école avec de la drogue et des tétines.

Vous devez écrire un nom.

  1. Vous écrivez le nom.
  2. Vous écrivez le nom tout en minuscules avec un # devant parce que ça fait cool.

Vous devez envoyer un fichier à un imprimeur.

  1. Vous respectez scrupuleusement les règles et les formats pour que ça se passe bien.
  2. Vous faites n’importe quoi, laissez le document en RVB, puis hurlez sur l’imprimeur parce que le rouge n’est pas exactement comme sur votre écran calibré d’une manière particulièrement unique.

Vous vous habillez

  1. normalement.
  2. de façon à ce qu’on comprenne bien que vous êtes un Artiste original, mais d’une originalité similaire aux autres Artistes originaux de votre milieu.

Vous rejoignez la Syrie.

  1. Pour combattre avec ou contre Daesh.
  2. Pour leur faire une charte graphique, leurs visuels vous accrochent l’œil.

Si vous avez une majorité de B et que vous avez besoin de lire ce paragraphe pour vous assurer du résultat, c’est que vous êtes un graphiste.