La fin du monde, une rétrospective
                                                                            

Mémo à l’attention des journalistes et attaché·e·s de presse

Le titre de ce documentaire est: “RENÉ GOSCINNY, NOTRE ONCLE D’ARMORIQUE”. Je vais vous donner quelques trucs pour le recopier correctement. Si possible.

 

1) René

C’est un garçon, normalement vous ne devriez pas vous tromper. Evitez juste de rajouter un “e” à la fin, ce n’est pas plus compliqué que ça.

2) Goscinny

Attention, piège! Vos longues années d’expérience et d’aptitudes à déduire n’importe quoi sans nécessité de recherches, de par votre immense culture générale, pourrait vous laisser penser qu’il est italien et donc que ça s’écrit “Goscinni”. Il n’en est rien. Bien qu’il ait collaboré avec Albert Uderzo, fils d’immigrés italiens, et en dépit du fait qu’il parle beaucoup. Il est en fait d’origine polonaise, c’est un vrai piège puisqu’il n’y a ni “z” ni “k” dans son nom. On n’est pas aidés.

3) Notre

Et pas “mon”. En fait si c’était juste “mon”, il n’y aurait pas de quoi en faire un documentaire, tout le monde s’en foutrait. L’idée c’est que c’est intéressant et important pour tout un tas de gens, et non pas juste pour moi. Là aussi vous êtes en présence d’un piège, je le reconnais, car certains réalisateurs de documentaires semblent penser que leur histoire personnelle est d’une importance capitale pour la civilisation et l’avenir de l’humanité (ça reste entre nous mais en fait ils ont tort). Bref, retenez juste que René Goscinny n’est pas mon oncle, et vous devriez y arriver. Le double piège c’est que moi aussi je suis d’origine polonaise, évacuez immédiatement ça de votre esprit, ça va vous embrouiller.

4) Oncle

Là, normalement, vous devriez vous en sortir. Je ne vois pas comment vous pourriez trébucher sur “oncle” mais c’est peut-être sous-estimer votre créativité car, c’est bien connu, les journaliste sont des artistes. Mais bon, c’est “oncle”.

5) D’Armorique

Tous les signaux d’alarme s’allument en rouge. Gros gros piège. En fait c’est un jeu de mots. L’idée est à la fois que René Goscinny a grandi en Amérique et que la richesse qu’il apporte à la France vient d’ailleurs, que son œuvre majeure est Astérix, dont le village est situé en Armorique, et qu’il avait un penchant assez gênant pour les jeux de mots, d’où la mise en abyme. Si vous trébuchez, ce sera probablement là. C’est pas grave, détendez-vous. Si vous écrivez “Amérique”, ce sera juste con mais pas vraiment faux.

6) Attention

Si vous écrivez “Renée Goscinni, mon ongle d’Amérique”, je vous pète votre gueule.

 

Gardez ce mémo précieusement sur vous et tout devrait bien se passer.