La fin du monde, une rétrospective
                                                                            

Guillaume Podrovnik

Technicien de surface médiatique
Intermittent de la société du spectacle

Vous n’êtes ici que parce que vous travaillez pour la NSA.


Guillaume Podrovnik a été dessinateur dans une vie antérieure, d’abord pour des groupes punks dont, principalement, Ludwig von 88, puis comme dessinateur de presse à Hong Kong où il a vécu sept ans de par son goût insatiable pour les dimsums et la liberté d’entreprendre. Il y a également appris les techniques de l’animation en travaillant sur un long métrage de kungfu en 3D. De retour en France, il a ensuite co-écrit et co-dessiné une bande dessinée aux éditions La Martinière en 2007, Tout doit disparaître !, à laquelle il s’est mis beaucoup trop tard afin de rendre le travail particulièrement douloureux.

Traumatisé par l’effort, il n’a par conséquent plus dessiné pendant dix ans et s’est reconverti dans les blagues pour la radio, d’abord sur le Web puis pour Arte Radio (point com). Trouvant le rythme hebdomadaire bien trop contraignant pour son caractère contemplatif, Guillaume Podrovnik s’est à nouveau reconverti, cette fois dans le documentaire, espérant capitaliser sur les rythmes phénoménalement lents de la production audiovisuelle.

Il a produit et co-écrit le 90’ Général Ishiwara, l’homme qui déclencha la guerre pour Arte, puis il a produit la BD documentaire interactive Anne Frank au pays du manga qui a reçu la Pépite d’or de la Création digitale au Salon du livre jeunesse de Montreuil. Epuisé par tout cela, et se rendant compte que la production s’effectuait peut-être sur un rythme lent mais en fin de compte soutenu, il a alors décidé de cesser immédiatement cette activité délétère pour devenir réalisateur, ayant observé que ceux qu’il avait produits semblaient vivre de manière bien plus décontractée que lui.

Il a alors réalisé pour Arte Pif , l’envers du gadget (52’, 2015) puis Lucky Luke, la fabrique du western européen (52’, 2016). Fort heureusement pour son moral et son intégrité physique, la seconde BD interactive qu’il devait écrire et réaliser parallèlement a été mise en suspens. Depuis, absolument éreinté, Guillaume Podrovnik reste accroupi derrière le canapé de son salon sous prétexte de tenter d’y récupérer la balle que son chat y a coincée. Il n’a pas rendu le texte qui devait figurer à la place de celui-ci et ne répond plus au téléphone.


Pour tenter (sans trop d’espoir) de le contacter, c’est guillaume@podrovnik.com