La fin du monde, une rétrospective
                                                                            

Premier tournage Lucky Luke à Angoulême

Deux petites journées à Angoulême pour le premier tournage Lucky Luke, à l’occasion du vernissage de l’exposition « L’art de Morris », accompagné de mes deux coyotes à foie jaune préférés: Pierre Maïllis-Laval, chef opérateur, et Kevin Bally, ingénieur du son.

FIBD 43 — Affiche l'Art de Morris

Ça faisait près de 25 ans que je n’étais pas allé à ce festival, je me réjouissais de voir ce que c’était devenu. Eh ben je n’en sais rien. Au rythme où on a bossé, je ne suis même pas vraiment sûr d’avoir été à Angoulême. Dans le musée de la BD, oui, ça j’en suis sûr, mais à part ça, mystère.

En gros ce qu’on a vu c’est

Lucky Luke, des planches en bois, des Daltons, des chiens idiots, un sosie plutôt discutable de Lucky Luke (alors que le sosie de Jolly Jumper est hyper crédible), une diligence que personne n’a essayé d’attaquer à ma connaissance, un môme pas très doué en puzzles, et, euh… Lucky Luke.

Et quand même une expo géniale. Morris est effectivement, indiscutablement, le génie un peu oublié de la BD franco-belge.

Un grand merci à toute l’équipe du musée et du festival, tous adorables, efficaces et d’une patience insondable.

Et plus particulièrement à Catherine Bourgoin et à notre ami Dominique en charge de la sécurité du musée, imperturbable malgré sa première rencontre inopinée avec un chef opérateur narcoleptique.

Et bien sûr à tous ceux qu’on a interviewés.

intervenants